Remise des diplômes à la promotion Abbé PIPART.

La cérémonie s’est tenue à la salle des sports de Zuydcoote. Vous trouverez dans cet article quelques photos et, un peu plus bas, le discours de l’Abbé PIPART. Merci à M.Paul CHRISTOPHE pour son accueil, à M. Frédéric Tomala pour les photos et félicitations à tous nos bacheliers !

Les photos :


Le discours de l’abbé PIPART pour la promotion 2017 :


Chers amis,
Oui, je dis bien chers amis, alors que je ne vous connais pas. Vous n’étiez même pas nés quand je quittais cet Établissement où j’avais passé 35 ans de ma vie, 35 ans de bonheur, heureux d’avoir pu vivre toutes ces années au contact permanent des jeunes, parmi lesquels se trouvaient sans doute beaucoup de vos mamans, de vos papas et parfois même les deux, et qui sait, l’un ou l’autre de vos grands-parents !
Allons, commençons par parler de moi [professeur de Mathématiques et de Physique-Chimie de 1959 à 1994, et préfet des Études de 1965 à 1994 au Lycée Notre-Dame des Dunes]. Qu’importent la Physique, la Chimie ou les Maths – que je préférais – l’essentiel c’était eux, ceux avec qui j’allais vivre, à qui j’allais essayer de transmettre un peu de savoir, en leur donnant aussi, sans le montrer, beaucoup d’amour. Les aimer, c’était d’abord les connaître ; je me souviens encore de tel ou telle que j’avais vu un Mercredi après-midi, venu(e) s’inscrire avec papa et maman, timide et inquiet(e) – va-t-on m’accepter dans ce grand lycée ? – et tout(e) surpris(e) de se voir reconnu(e) le jour de la rentrée.
Je me vois encore, dès 6 heures le matin, ranger pupitres et chaises dans les 3 études, et placer les copies sur chaque pupitre pour que tout soit fin prêt à la rentrée de 8 heures, et ensuite arpenter les allées en long, en large et en travers, photographiant dans ma mémoire les visages et les noms, comme on apprend une leçon, pour aller enfin faire un contrôle de ma mémoire auprès de la surveillante, qui, au bureau, avait eu le temps de faire le plan. Deux semaines et l’affaire était conclue. Je me vois aussi réservant sur mon agenda les demi-journées nécessaires pour que les DS puissent être rendus corrigés dès le Jeudi en Seconde ou le Lundi pour les autres. C’est ainsi qu’au fil des semaines et des mois, avec les bulletins, les conversations avec les professeurs, les réunions de parents, les conseils de classe et de très rares « convocations », une connaissance plus précise de chacun s’affinait peu à peu.

Oui, j’en ai connu beaucoup et je garde de beaucoup, aujourd’hui encore, un souvenir quasi « paternel ».

Ajoutons que j’ai aussi découvert qu’il existait entre les « anciens », un véritable « esprit des Dunes », un esprit de famille : on se reconnaît, on s’estime, et on sait aussi s’entraider. Où qu’ils soient, à Dunkerque ou au bout du monde, deux Dunkerquois se retrouvent toujours, et être « des Dunes » devient alors un label de qualité. Gardez intacte cette valeur !

Vous voici maintenant Bacheliers. Vous avez passé ici 3 ans, 7 ans, peut-être plus ? Et vous le tenez ce nécessaire SÉSAME qui vous ouvre les portes du post-bac ! Laissez-moi d’abord vous féliciter pour le résultat obtenu, – et ici nombre d’entre vous se reconnaîtront – pour le sérieux, la qualité et la régularité de votre travail, et enfin féliciter vos professeurs : la qualité incontestable de leur enseignement a réussi à conduire au succès même les plus récalcitrants. Entre nous, certains de ces professeurs, et non des moindres, ont été eux-mêmes mes élèves, alors je prends pour moi une petite part de ces félicitations.

Bientôt, vous passerez aux choses plus sérieuses encore : sans vouloir moraliser – vous n’aimez pas trop, paraît-il –, je ne dirai que deux choses :
1) choisissez bien votre orientation : si la voie choisie n’est pas la bonne, elle n’est pas toujours – mais souvent – une voie de garage !
2) vous avez dû beaucoup travailler cette année, les programmes étaient chargés ; rassurez-vous, il vous faudra désormais travailler beaucoup plus, et souvent être moins bien « payés »; même si les débuts peuvent être décourageants, tenez bon, accrochez-vous.
​​​​​

Bonne continuation dans vos études.
​​​​​​​​​​

Jean Pipart

Related Posts

%d blogueurs aiment cette page :